English
LGGE

Accueil du site > Autres actualités > Archive des autres actualités > Jean-Marc BARNOLA nous a quittés le 21 septembre 2009




Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement OSUG

Jean-Marc BARNOLA nous a quittés le 21 septembre 2009

Jean-Marc BARNOLA nous a quittés le 21 septembre 2009.

Jean-Marc BARNOLA
(3 janvier 1956 - 21 septembre 2009)
Jean-Marc à St Petersbourg, en juillet 2007 (photo V. Lipenkov)
A propos de Jean-Marc :
Né en 1956, Jean-Marc Barnola, après des études de physique à l’université de Grenoble, a passé sa thèse en 1984 sur l’analyse du CO2 de l’air contenu dans la glace, sous la direction de D. Raynaud au LGGE. Recruté comme attaché de recherche au CNRS en 1985, il a ensuite poursuivi sa carrière scientifique au LGGE.

Durant toutes ces années, un de ses centres d’intérêt scientifique majeur a porté sur la reconstitution de l’évolution de la composition de l’atmosphère, notamment en gaz à effet de serre, à partir de l’analyse des bulles d’air dans les carottes de glace. Mais une part non moins importante de sa recherche a concerné la physique de la densification de la neige et du névé en conditions polaires, ainsi que de la diffusion des gaz au sein du névé, domaines d’étude particulièrment importants pour évaluer l’âge du gaz piégé au sein de la glace ou pour reconstituer l’évolution très récente de la composition de l’atmosphère. C’est peut-être dans ce domaine que son esprit de physicien s’exprimait le mieux, avec une créativité remarquable aussi bien dans le domaine expérimental qu’en modélisation.

Si Jean-Marc Barnola a particulièrement marqué la communauté scientifique française et internationale dans le domaine de l’étude du climat terrestre, c’est bien sûr par son travail pionnier de reconstitution de l’évolution des teneurs en dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Il était ainsi le premier auteur d’un article paru en triptyque dans la revue Nature en 1987, où apparaissait la première courbe historique issue du forage russe de Vostok, montrant la relation remarquable entre teneur en dioxyde de carbone et température au cours d’un cycle climatique glaciaire-interglaciaire. Cette courbe a marqué à jamais les bases scientifiques ayant conduit petit à petit au protocole de Kyoto. Il avait ensuite poursuivi ce travail au cours de multiples étapes, marquées notamment par l’enregistrement de CO2 et de climat sur quatre cycles climatiques (toujours grâce à Vostok) puis huit cycles climatiques (grâce au forage européen EPICA, travail analytique en collaboration étroite avec l’Institut de Physique de Berne en Suisse). Il avait également co-encadré les tous premiers travaux du LGGE sur d’autres gaz à effet de serre important : le méthane et le protoxyde d’azote.

Son travail en parallèle sur la densification de la neige et du névé et sur la diffusion des gaz l’a conduit là aussi à des contributions majeures pour la communauté travaillant sur les carottes de glace. Ainsi il fit progressivement évoluer son modèle de densification initié au début des années 90, qui aujourd’hui encore fait toujours référence au niveau international. Cette maîtrise qu’il possédait à l’interface entre la physique du matériau neige et l’application en paléoclimatologie s’est avérée décisive pour l’interprétation de nombreux enregistrements des carottes de glace, et notamment de ceux dans les bulles d’air. Récemment il avait coordonné l’installation d’un laboratoire dédié à la glaciologie à la station franco-italienne Concordia en Antarctique. Il y pilotait des travaux fondamentaux sur la structure physique de la neige et son évolution dans ces conditions extrêmes.

Auteur d’une centaine de publications, dont plus d’une vingtaine dans les revues prestigieuses Nature et Science, Jean-Marc possédait une renommée indéniable dans la communauté internationale travaillant sur les paléoclimats, mais aussi dans le petit monde des glaciologues s’intéressant à la physique appliquée au matériau neige/névé.

Jean-Marc était d’une rigueur extrême, ce qui lui a permis d’obtenir des mesures d’une grande qualité. Ses analyses étaient souvent critiques et il a lancé de nombreuses idées novatrices. Au-delà des milliers d’échantillons qu’il a analysés en laboratoire, Jean-Marc aimait le terrain où il a participé à plusieurs missions : forages au Col du Dôme (Alpes), à Summit au Groenland, à Cap Prud’Homme (Terre-Adélie), avec les australiens à Law Dome (Antarctique) et surtout à la station russe de Vostok qu’il affectionnait particulièrement et où il séjourna à trois reprises, en 1991-92, 1995-96 et 2001-02.

Jean-Marc possédait un profond humanisme et aimait la fête entre amis. Nombreux sont ceux qui, au LGGE, ont de grands souvenirs des très bons moments passés ensemble. L’amitié était une de ses valeurs essentielles. Nous garderons ainsi de lui le souvenir d’un ami d’une grande humanité mais aussi d’une grande culture. Son univers était loin d’être restreint à son travail comme en témoigne par exemple son engagement dans sa commune ou son goût prononcé pour les livres anciens.

Nous avons tous admiré sa volonté de se battre pour la vie avec optimisme, et souvent avec humour, jusqu’au dernier moment. Et ce sans jamais se désintéresser de la science qui le passionnait profondément. Jusqu’à la fin, il a toujours fait preuve d’un enthousiasme rare pour discuter d’une question scientifique.

Nos pensées les plus chaleureuses vont à sa femme, Elisabeth, qui l’a si bien épaulé ces dernières années et à ses enfants, Basile, Maëlle et Amélie.
About Jean-Marc :
Born in 1956, Jean-Marc Barnola started his graduation in physics at the University of Grenoble, where he defended his PhD in 1984 on the analysis of the CO2 mixing ratio in trapped air of polar ice, under the supervision of D. Raynaud at LGGE. Hired as research associate at CNRS in 1985, he then developed his scientific activities at LGGE.

Since this time, one the main scientific interests of Jean-Marc Barnola was the reconstruction of atmospheric composition changes, notably in terms of greenhouse gases, from the analysis of air bubbles trapped in ice cores. But another important part of his research activity dealt with the physics of snow and firn densification in polar conditions, as well as the diffusion of gases inside polar firn. Both are important elements to correctly evaluate the age of trapped air inside the ice or to reconstruct the recent evolution of the atmospheric composition. It is maybe in this research activity that Jean-Marc’s solid background in physics could be best expressed, with a remarkable creativity both in the experimental and modeling domains.

Jean-Marc Barnola had a landmark contribution at the national and international level in the field of Earth climate studies, through his pionneering reconstruction of the carbon dioxide evolution in the atmosphere. He was the first author of an iconic publication published with two others in Nature in 1987, where appeared the first CO2 curve from the famous russian Vostok ice core, showing the remarkable link between carbon dioxide mixing ratio and temperature during a full glacial-interglacial climatic cycle. This curve set forever part of the scientific bases which led then to the Kyoto protocole. He then pursued this work through several steps, marked by the CO2 and climate record over four climatic cycles (still with the Vostok ice core) and then eight climatic cycles (thanks to the european project EPICA, with an analytical work conducted in close collaboration with the Climate and Environmental Physics Institute of the University of Bern, Switzerland). Jean-Marc also co-supervised the very first LGGE work on other greenhouse gases such as methane and nitrous oxide.

His work in parallel on snow and firn densification and on gas diffusion also led him to make major contributions for the community working on ice cores. He progressively improved his densification model first created in the early 90s, which still today makes authority at the international level. This unique know-how that he developed at the interface between the physics of the snow material and the application in paleoclimatology was key for the interpretation of numerous records in ice cores, notably those from air bubbles. Recently, Jean-Marc Barnola coordinated the setup of a new glaciological laboratory at the French-Italian station Concordia in Antarctica. He was conducting fondamental research there on the physical structure of snow and its evolution under extreme climatic conditions.

Having authored about one hundred publications, among them more than twenty in the prestigious journals Nature and Science, Jean-Marc was clearly very well-known within the international community studying paleoclimate, but also within the small community of glaciologists interested by applied physics on snow/firn.

Jean-Marc had an extreme rigor in science, which allowed him to produce measurements of very good quality. His thinking was often critical and he launched numerous original ideas. Besides the thousands of samples that he measured in the laboratory, Jean-Marc particularly liked to be on the field, where he contributed to several expeditions : drilling at Col du Dôme (French Alps, nearby the Mont Blanc summit), at Summit (Greenland), at Cape Prudhomme (Adelie Land, Antarctica), with the Australians at Law Dome (Antarctica), and most important for him, at the russian station of Vostok that Jean-Marc particularly loved and where he stayed three times, in 1991-92, 1995-96 and 2001-02.

Jean-Marc was easily recognised for his profound humanism and his taste for party between friends. Many people at LGGE have great souvenirs of fantastic times with him. Friendship was one of his key values in life. We will think about him with the souvenir of a friend with a great humanism and a very large knowledge. His universe of life was not limited to work, as can be testified by his political involvement in his small town or by his hobby for old books.

We have all admired his strength to battle for life with optimism, and often with a great sense of humor, until the very end. He never got tired of science, which was a real deep passion for him. Until the very end, Jean-Marc has always been enthusiastic to discuss a scientific question.

Our warmest thoughts goes to his wife, Elisabeth, who supported him so well over these last years, and to his children, Basile, Maëlle and Amélie.




Article extrait du Journal Le Monde, Vendredi 23 octobre 2009
Disparitions – Glaciologue Jean-Marc Barnola

Le glaciologue Jean-Marc Barnola est mort, lundi 21 septembre à La Mure (Isère) ; il avait 53 ans. Né le 3 janvier 1956 à Bourg-en-Bresse (Ain), il a contribué, aux côtés de Claude Lorius, Jean Jouzel et Dominique Raynaud, à apporter les premiers grands résultats issus de la glaciologie moderne.
Après des études de physique à l’université Joseph-Fourier à Grenoble (Isère), il obtient, en 1984, un doctorat portant sur l’analyse des bulles d’air contenues dans les carottes de glace. Trois ans plus tard, il est coauteur de travaux, publiés dans la revue Nature, établissant, pour la première fois, l’histoire climatique des derniers 160000 ans. « C’est lui qui a notamment produit le premier enregistrement de CO2 sur un cycle climatique complet grâce à la carotte de Vostok [en Antarctique] », selon Jérôme Chappellaz, directeur adjoint du Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement (LGGE), où Jean-Marc Barnola a passé l’ensemble de sa carrière. Ces travaux, qui comptent aujourd’hui encore parmi les plus cités en climatologie, constituent la première preuve expérimentale du lien entre le dioxyde de carbone (CO2) et la température moyenne de la basse atmosphère.
L’étude des carottes de glace aura occupé l’ensemble de son activité scientifique. En outre, son travail a produit d’importantes avancées dans la résolution du problème crucial de la datation de l’air piégé dans les glaces, qui est plus jeune que la glace dans laquelle il est emprisonné. Ce décalage,qui peut atteindre plusieurs milliers d’années, doit être quantifié pour que les mécanismes à l’origine des changements climatiques passés puissent être mis au jour.
Stéphane Foucart

De nombreux messages d’amitié nous sont déjà parvenus

    Remerciements de la part d’Elisabeth Barnola, l’épouse de Jean-Marc.
    "Elisabeth, sa femme et toute la famille de Jean Marc remercient du fond du coeur toutes les personnes qui se sont manifestées et qui par leur témoignage, leur pensées, ont laissé une trace vivante de Jean Marc.Des remerciements aussi pour les trés nombreuses paroles de soutien et de réconfort."
    Message of acknowledgement from Elisabeth Barnola, Jean-Marc’s wife.
    "Elisabeth, his wife and Jean-Marc’s family deeply thank all the individuals who expressed their sadness and who, through their testimony, their thoughts, have left a living trace of Jean-Marc.Deepest thanks as well for the numerous messages of support and sympathy."
  • Je viens d’apprendre la triste nouvelle du décès de Jean-Marc Barnola, dont la disparition endeuille la communauté scientifique qui œuvre dans les régions polaires.
    Dans ces circonstances, au nom de mes collègues de l’Institut Polaire Français, je vous prie de bien vouloir transmettre nos plus sincères condoléances à sa famille.
    Gérard JUGIE, Directeur IPEV
  • We are so sorry to know that Jean-Marc has passed away yesterday after a long-term medical treatment. From our point of view he was so pleasant open person that with no him the gas labo will loss something very significant (e.g. humor ?). He was rather unusual person and French man as we know France. Our warm regards to his family and colleagues at the LGGE. Our last handful of the earth (ground) on his last place (?let the ground for him will be as soft as his bed ? ? translated from Russian) !
    Très cordialement, Sergey Bulat et Irina Alekina, Institut de Physique Moléculaires et des Radiations, St Petersbourg, Russie
  • C’est avec une immense tristesse que j’ai appris ce matin la disparition de Jean-Marc. J’avais eu l’occasion de partager beaucoup avec lui au cours des plus de deux ans que j’ai passé au LGGE, tant du point de vu personnel que professionnel. Je me souviens de la naissance d’Amélie qui est intervenue a peu près en même temps que celle de Marine ...
    Je garde aussi le souvenir de la dernière conférence ICDC à Boulder ou nous avions passé presque toute la semaine ensemble.Jean Marc va laisser un grand vide parmi nous, je m’associe pleinement à votre peine, à celle de sa famille, Valérie et moi sommes de tout cœur avec vous.
    Merci de transmettre toutes nos amitiés et notre soutien à sa famille.
    Amitiés. Marc Delmotte, LSCE
  • C’est avec un très grande tristesse que j’apprends cette nouvelle. Pendant plus de dix ans, j’ai été amené à travailler avec lui au sein des activités du PNEDC-CO2 et appréciait son enthousiasme de chercheur.
    Merci de transmettre au nom de l’INSU tous les voeux à la famille et à ses proches.
    Patrick Monfray, DSA-OA, INSU
  • This is a very sad news...and a great loss for science and friendship...
    Jean-Louis Tison, Louvain, Belgique
  • Quand j’ai appris ce matin la triste nouvelle, alors que j’étais dans le RER en partance pour un meeting IODP pour le C2FN, je dois vous avouer que le ciel m’est tombé sur la tête. je n’ai pas pu m’empêcher d’appeler Jerome au cas où je ne puisse me connecter sur internet.
    Depuis mon arrivée, je fais betise sur betise tant cette douloureuse nouvelle m’affecte énormément et très sincèrement. Je me rappelle avoir envoyé un courrier à Jean-Marc au début de ce foutu cancer pour lui marquer mon affection, une simple carte du sud pour que la saveur de la lavande vienne l’égailler dans ce dur combat que j’ai trop fréquenté avec ma mère et plus récemment avec un ami commun à Jean-Marc et moi, Dominique Jolly. Outre l’ami et le chercheur, Jean-Marc s’est et restera notre très grande complicité "sea food" datant d’un AGU passé en commun. C’était devenu un code que nous appliquions et qui avait également été un défi lors du comité d’évaluation du LGGE auquel je participais. Il l’avait brillamment relevé, passant probablement inaperçu de la très grande majorité des présents, mais pas de moi, de nous !
    Je viens de perdre un ami, un super chercheur, mais je sais que ce n’est rien en comparaison avec la perte du collègue et ami à laquelle vous êtes confrontés.
    C’est très sincèrement et avec énormément d’emotion que je présente mes plus sincères condoléances aux proches de Jean-Marc à qui je vous demande de transmettre mon message, sans oublier tous les collègues du LGGE. La vie est injuste, malgré elle recèle de tant de beautés. Je viens de perdre de nouveau un ami, un copain, un collègue mais il n’est pas loin. Je garde à jamais mon "sea-food"
    Bien amicalement
    Denis Rousseau, ENS, chargé de mission "Paléoclimat" à l’INSU
  • I’m very deeply saddened, upset and shocked by this news. I’m not sure I can say more at the moment.
    Robert Mulvaney, BAS, UK
  • Il va falloir me décider à enlever le cc : barnola de la liste e-mail du club des gaziers mais je n’ai pas le coeur de le faire aujourd’hui. Jean-Marc s’en est allé avec un part de l’âme de ce groupe. Que serait il sans son génie pratique d’expérimentaliste ? Nous perdons aussi son humour qui nous titillait à chaque fois que nous étions tentés d’enfourcher une solution de facilité.
    A mon tour de recommander (ou rappeler) une bonne lecture :
    Barnola, Jean-Marc, Dominique Raynaud, Y.N. Korotkevich and Claude Lorius, Vostok ice-core provides 160,000 year record of atmospheric CO2. Nature, 329,(6138) 408-414, 1987.
    Ecrire des papiers n’était pas le sport favori de Jean-Marc, mais ce papier là a vraiment marqué son temps. Quand j’ai débarqué au prestigieux NCAR dans les années 90 la plupart des gens introduisaient leurs présentations avec les courbes Vostok et le nom de Jean-Marc était partout sur les transparents. Quand je disais venir du LGGE, on me répondait : oh, with these famous guys of the Vostok record !
    Bon vent Jean-Marc, gardons avec nous ton sourire ironique quand nous perdons de vue l’important sur notre route ...
    Patricia Martinerie, LGGE
  • Son âme sera toujours là. Quand on rentrera dans ce fameux "labo gaz". Quand on tripotera une vanne. Quand on se questionnera sur un bug expérimental. Quand on pêchera par excès d’optimisme. Quand on cherchera le Graal du delta-âge. Quand on se prendra trop au sérieux. Quand on parlera des Suisses. Quand on prononcera le mot magique "Vostok".
    A nous de poursuivre la route pour lui. Pour sa passion. Pour son humanisme.
    C’est peut-être trop tôt pour en parler. Mais à titre personnel ça me ferait plaisir de désormais rentrer dans le laboratoire "Barnola", au fond du couloir du 1er étage. Avec accrochée à la porte une copie de l’article de Georges Perec qu’il aimait tant, parodie magnifique d’un article de Nature : "Experimental demonstration of the tomatotopic organization in the soprano (Cantatrix Sopranica L.)".
    Jérôme Chappellaz, LGGE
  • Jean-Marc was a nice man as nice scientist, and here in Milano we are very sad. Please, offer one’s condolences to his wife, children and the family from all the Milano friends.
    Arrivederci Jean-Marc
    Valter Maggi, Université de Milan-Bicocca, Italie
  • this is very, very sad news indeed and I am truly shocked that Jean-Marc passed away. The more because when I saw him the last time he looked so much better and I had hoped that he will overcome the cancer, which now ended his life so early.
    I offer you my sincere condolences and please pass it on to his family.
    Yours Hubertus Fisher, Institut de Physique, Berne, Suisse
  • I offer my sincere condolences to LGGE friends and his family.
    With Deepest Sympathy
    Massimo Frezzotti, ENEA, Rome, Italie
  • With great sorrow I read your message regarding the passing of Jean-Marc.
    On behalf of Climate and Environmental Physics at the University of Bern, but more specifically personally, I would like to convey my sincerest condolences to the family of Jean-Marc and to his colleagues and friends at LGGE.
    We have enjoyed a fruitful and productive collboration over very many years and appreciated Jean-Marc’s fundamental contributions to ice core science. His experimental skills, critical mind and his ability to bring forward constructive comments in a gentle manner have made lasting contributions. This will be sorely missed. Jean-Marc was certainly one of the strong members of the LGGE-Bern collaboration.
    With my warmest regards and the best wishes from the Bern Team to Jean-Marc’s family and the colleagues and friends at LGGE.
    Thomas Stocker, Institut de Physique, Berne, Suisse, co-chairman de l’AR5 du GIEC
  • I am really sorry to hear about Jean-Marc’s pass away.
    It has always been a pleasure to work, discuss, chat, joke with him. I was so hoping to see him get well.I will miss him a lot.
    Thomas Blunier, Institut Niels Bohr, Copenhague, Danemark
  • Please accept the sincere condolences of our group here in Hobart. Jean-Marc’s work was much respected, and he has left a significant mark in our world of ice core science.
    Please pass our respects and sympathy to Jean-Marc’s family.
    Sincerely,
    Tas van Ommen (on behalf of Vin Morgan and the Australian group), Antarctic CRC, Australie
  • c’est une bien triste nouvelle.
    J’avais eu la chance d’avoir travaillé à ses cotés lors de mon séjour au LGGE et je l’avais beaucoup apprécié. C’était quelqu’un de très sincère et un excellent scientifique.
    Bien que nous n’ayons pas eu l’occasion de travailler ensemble à nouveau ces dernières années, nous nous sommes étions rencontrés plusieurs fois à l’EGU et je garderai en mémoire les très bons moments que nous avons passés ensemble.
    Nous perdons tous un très bon camarade.
    Bertrand CHAZALLON, Laboratoire de Physique des Lasers Atomes et Molécules, Université de Lille
  • C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le deces de JM Barnola. Je l’ai rencontre autrefois au cours de mes recherches dans le cadre du programme PNEDC. Dans plusieurs congres j’avais eu maintes occasions d’echanger avec lui et apprecie sa gentillesse et sa disponibilite. Son souvenir reste vivant. Je m’associe a l’hommage que vous ne manquerait pas de lui rendre et presente a sa famille les condoleances d’une collegue qui l’a apprecie durant sa carriere de scientifique.
    Raymonde Bonnefille, directeur de recherche honoraire , CEREGE, Aix en Provence
  • I am saddened by this tragic news. Those of us here involved in firn and snow, and I am sure also May Bräunlich who now lives in London, owe a big thank you to Jean-Marc. We wish his family from the deepest of our hearts strength and faith in these very difficult times.
    Carl Brenninkmeijer, Max Planck Institute for Chemistry , Allemagne
  • C’est avec une grande tristesse que j’ai pris connaissance de ton message annoncant le décès de Jean-Marc que j’appréciais beaucoup sur le plan personnel même si nous ne nous croisions pas très souvent. J’en garderai le souvenir d’un chercheur clairvoyant, passionné et d’ une grande humanité envers ses collègues.
    Toutes mes sincères condoléances au labo et à sa famille.
    Amitiés.
    Gilles Bergametti, LISA, Créteil
  • J’avais besoin de vous dire à travers ce message comme je suis triste du départ de Jean-Marc.Il m’a tellement aidé et soutenu pendant ma thèse...
    Je suis de tout cœur avec vous.
    Amitiés, Nicolas Caillon , LSCE, Saclay
  • Dear Ice-core people (and Others),
    We are very sorry for death of Jean-Marc who was a friend before to be a collegue. We’d like to remember him with his peculiar style and behaviour so friendly and easy going beside his high scientific level. We will miss him !
    Roberto Udisti, Silvia, Rita, Emiliano, Mirko, Federica and all the Florence people, Italie
  • Dear friends of Grenoble,
    I wish to express to you all and to the family my deepest sorrow for the too early passing away of Jean-Marc, which I could appreciate both for his science and his friendly humanity.
    With my best regards,
    Prof. Giuseppe Orombelli, Université de Milano-Bicocca, Italie
  • c’est avec une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès de Jean-Marc. Plusieurs personnes du CEN avaient eu l’occasion de travailler avec lui ou de le côtoyer et appréciaient sa gentillesse et son enthousiasme. An nom du CEN, j’adresse à tout le LGGE nos sincères condoléances et notre soutien dans ce moment difficile.
    Amicalement,
    Pierre ETCHEVERS, Chef du Centre d’Etudes de la Neige, Grenoble
  • Je suis désolé et triste d’apprendre le décès de Jean-Marc, avec lequel j’avais eu l’occasion d’interagir lors de mon arrivée à Grenoble il y a quelques années. J’ai le souvenir d’un chercheur passionné et passionnant, qui interagissait fortement avec ses collègues. C’est une grande perte pour le LGGE, pour Grenoble, et pour la science.
    Amitiés,
    François Renard, directeur du pôle TUNES de l’UJF
  • c’est avec une forte douleur qu’on a appris ce matin la terrible nouvelle concernant la mort de Jean Marc.C’est une grande perte humaine et scientifique en meme temps.
    Moi et Francisco, avec Valter et Giuseppe Orombelli, on se joint a vous en ce moment douleureux.Encore condoleances a vous ainsi qu’à tous mes chers collegues du labo,
    Barbara Delmonte, Université de Milano-Bicocca, Italie
  • Je ne t’ai connu que quelques années, mon cher Jean Marc, depuis lejour où, en rejoignant le LGGE, je suis passé des matériaux à la glaciologie. Durant ce temps trop court, j’ai pu apprécier ton humour,ta culture, ta science, la vivacité de ton esprit et la pétillance de ton regard.
    J’ai été très impressionné par l’optimisme, l’incroyable courage et laforce d’âme que tu as manifestés jusqu’à l’extrême bout de tes forces. Bon vent, cher Jean-Marc. Nous garderons de toi l’image de ton sourire et le réconfort de ton amitié.
    François Louchet, LGGE
  • je viens d’apprendre cette triste nouvelle et je tiens à me joindre à la peine de sa famille, de ses amis et de la communauté scientifique car la mienne est immense. J’ai passé d’excellents moments avec Jean-Marc et je n’oublierai jamais nos petites taquineries devant la chromato gaz. J’ai appris beaucoup de lui (et pas que scientifiquement). Il m’a permis de remettre le pied à l’étrier dans des moments pas forcément facile pour moi et je voulais en témoigner.
    Je penses beaucoup à sa famille et à vous dans ce moment difficile.
    Très sincèrement, Martine Le Floch
  • What a terribly sorrowful news ! I am so sad that our colleague and friend Jean-Marc has gone ! I am always remembering the good times we had together when I was at the lab from 1987-1988.I was deeply touched by his great attitude in science and life.
    At this painful moment, I would express my regards to you and, through you, to his wife and his children.
    Prof. Yao Tandong, Institute for Tibetan Plateau Research, Pékin, Chine
  • JM was a great man and a lover of life with a great outlook. I appreciated his warmth and kindness. My condolences.
    John E. Mak, Université de Stony Brook, USA
  • I am very, very sorry and saddened to hear this news. It is a huge loss, and one that I know you also will feel keenly both personally and professionally.
    Best wishes, Bill Sturges, Université d’East Anglia, UK
  • Jean Marc a courageusement résisté à la maladie, mais elle a été la plus forte. Les dernières nouvelles que j’avais eues de lui étaient pessimistes.
    Je rappelle qu’il avait préparé son DEA avec moi et avait bataillé avec le premier chromatographe à ions du labo. Il était ultra consciencieux et motivé par sa recherche. Il a été un des acteurs des premières mesures de CO2 dans la glace.
    Nous avons été ensemble à Summit au Groenland, c’est un autre souvenir que j’ai de lui. Et puis aussi à l’Etna en Février 1988, si je me souviens bien.
    C’est sûr que Jean-Marc a été un de ceux qui a obtenu les résultats les plus marquants du LGGE. Il était serviable et aimait discuter science.
    Adieu, Jean-Marc. Que sa famille reçoive les plus sincères condoléances d’un ancien qui l’a bien connu et apprécié.
    Robert Delmas, LGGE
  • je profite de ton message pour transmettre au laboratoire et à sa famille toute ma sympathie. j’appréciais beaucoup Jean-Marc pour ses qualités scientifiques, bien sûr, mais aussi pour ses qualités humaines. Nous avons perdu là un éminent collègue et quelqu’un de bien.
    Merci de servir de courroie de transmission à sa famille
    Amitiés , Joel Guiot, CEREGE, Aix en Provence
  • Difficile de trouver les mots en ce jour….., beaucoup de tristesse.
    Olivier Pascual, Floralis, Grenoble
  • I have received the news of the death of Jean Marc. I guess that you feel very sad for this premature passing and because you lost a good colleague and friend. I did not know him personally, unfortunately, but I know that he was great man.
    I express to you my sincere condolences.
    Biancamaria Narcisi, ENEA, Rome, Italie
  • Thank you for taking the time to inform us of this great loss. It is sad news indeed and I extend my sympathies to his families, both biological, social and scientific.
    Mark Battle, Dept. of Physics and Astronomy, Brunswick, USA
  • J’ai appris a connaitre Jean Marc petit a petit, à apprécier son humour sarcastique, à surfer autour de ses remarques un peu vaches en décelant toujours sa pointe de moquerie, et sa grande gentillesse derrière...
    Je le dis tres sincerement, il va me manquer au labo.
    Maurine MONTAGNAT RENTIER, LGGE
  • J’aimais son sourire très sympathique qui émettait des ondes positives, et lorsqu’il parlait CO2, sa passion était tellement communicative. Nous le regretterons...
    Amitiés, Francis Grousset, EPOC, Bordeaux
  • La première fois que j’ai entendu parler de Jean-Marc, c’était bien avant de connaître le LGGE. J’étais au lycée, passionnée par l’étude des pôles. Il faisait alors parti des quelques personnes glaciologues dont on parlait dans les journaux de vulgarisation scientifique à l’époque. Puis je suis arrivée à Grenoble, en M2 je devais suivre un cours de climat avec lui, mais sa maladie a commencé et il a dû être remplacé. Cela ne m’a pas empêché pendant les 4 années qui ont suivies de faire sa connaissance, notamment à travers les cafés gaziers et le travail que nous avons partagé. Je me souviendrais particulièrement de sa vivacité et de sa passion lorsqu’il débattait des questions qui lui tenaient à cœur, et de l’humour qu’il dispensait autour de lui. Son combat contre cette maladie a été des plus courageux et il aura été présent au laboratoire jusqu’au bout, et avec le sourire. Jean-Marc tu mérites aujourd’hui de reposer en paix, mais tu vas nous manquer à tous.
    Daphné Buiron, LGGE
  • C’est une bien triste nouvelle. Transmet mes sympathies et condoléances à sa famille, et aussi à tous les collègues du LGGE où il commençait à être un "ancien".
    Je l’ai connu durant mon doctorat au LGGE en 1981, et j’ai toujours suivi ses travaux sur le CO2 qui ont fait la gloire de votre laboratoire.
    J’avais énormément de plaisir à le rencontrer au café, lors de mes visites régulières, avec son sens critique et son humour qu’il a toujours gardé, malgré sa maladie. Un exemple de courage.
    Amicalement
    Alain Royer, Sherbrooke, Québec
  • Je ne trouve pas les mots pour décrire ma tristesse. Je te vois encore, escalader dans le labo gaz en train de réparer la ligne (une des plusieurs..) en soirée, de me piquer du matériel en me laissant en plein panique le chercher et de jouer ce genre de cache-cache pendant trois ans. Je te vois encore danser pieds nus en Italie, de boire et de sourire lors des fêtes et de petites pauses-cafés. Tes moqueries vont sûrement me manquer. Ton chapeau cowboy aussi Je lis et je relis tes mails si humains et avec plein d’encouragement et seulement toi tu sais à quel point tu m’as aidée.. Bon voyage, petit bonhomme qui es parti avec l’été.
    Anna Lourantou, LGGE
  • je viens juste de lire la terrible nouvelle du décès de Jean Marc. Je n’arrive pas à réaliser et je suis très touchée et très attristée par sa disparition.
    J’étais contente de l’avoir revu à l’EGU en avril dernier, de l’avoir vu sourire et d’avoir pu échanger, entre autre sur sa maladie et de cette terrible épreuve. J’avais vraiment espoir qu’il s’en sorte.
    Je pense aussi à vous tous ses proches collègues, qui devez avoir du mal à accepter.
    mes pensées vont aussi bien sur à sa famille, en particulier ses 3 enfants encore bien jeunes.
    Je suis de tout coeur avec vous tous même si je ne pense pas pouvoir me joindre à vous à son enterrement ayant plusieurs déplacements ces jours-ci
    Toutes mes amitiés, Sylvie Joussaume, LSCE, Saclay
  • I knew Jean-Marc only through his papers, but it is a great loss toour community indeed. Please pass my condolences to his wife andchildren.
    Vasilii Petrenko, Institute of Arctic and Alpine Research, USA
  • It is a shock to get this sad news.
    I remember my last meet with Jean-Marc at LGGE last February when he had a skin head instead of a long hair as usual. We had a comfortable laugh for this change. Upon receiving this sad news, I realize that this change might be due to therapy. What more brave a man can have when facing such a mortal battle.
    Hoping he will live a happy life in the heaven.
    Please extend my condolences to Elisabeth and to his three children. I am sincerely hoping that they can overcome this horrible catastrophe.
    Prof. Hou Shugui, Université de Nanjing, Chine
  • Le décès de Jean-Marc nous touche tous profondément. Nous perdons quelqu’un, à la personnalité si particulière, si riche de contrastes. Tous ceux qui l’ont côtoyé ont dû ressentir cela. Son esprit libre, critique sur les choses, la science, les gens, et en même temps un profond respect des différences. Un humaniste à l’humour caustique. Un œil vif et une gestuelle tout en lenteur. Des tongues aux pieds en plein décembre ! Ses solides connaissances en physique fondamentale et son approche si souple et pragmatique de l’expérimental. Sa façon de dire non en posant des questions. Sa façon d’acquiescer au fil des conversations. Son esprit inventif et sa curiosité des vieux objets rustiques. Ses articles scientifiques actuels, pointus, et sa passion des vieux bouquins. Ses ppm de CO2 et ses kilomètres Prunière–Grenoble. Ses voyages à Vostok et son enracinement Matheysin. Et l’attraction de l’Obiou.
    Témoigne à ses proches et aux équipes du LGGE mes sentiments chaleureux de réconfort.
    Manu Thibert, Cemagref-ETNA, Grenoble
  • Il va falloir accepter de passer tous les jours devant ce bureau à moitié vide désormais. C’est en 2005 que j’ai connu Jean-Marc lorsqu’il enseignait un module du master recherche. Je l’ai donc sollicité pour effectuer mon stage de recherche sous son encadrement. Grâce à lui, j’ai découvert le monde la recherche et j’ai en quelques sortes mis un premier pas sur ce grand continent blanc en mesurant le CO2 dans les carottes de Vostok et Dôme C. Son esprit critique lorsqu’il était question de la précision des mesures de CO2 et ses talents d’expérimentateurs m’ont été très précieux, surtout lorsqu’il fallait détecter une fuite sur la ligne. Sa constante bonne humeur et son rire qui traversait aisément les quelques mètres séparant son bureau du mien me manqueront.
    Au nom de tous les étudiants du laboratoire, qu’ils aient travaillé directement avec toi ou pas, un grand merci Jean-Marc. Nous souhaitons adresser nos plus sincères condoléances à sa femme et à ses enfants.
    Jean-Charles Gallet, LGGE.
  • Je viens d’apprendre la disparition de Jean Marc et je perds tous mes moyens ... Nous avions partagé nos années d’études et de thèse, avec ces discussions mémorables autour de nos thématiques et surtout des données que nous essayions laborieusement d’obtenir ! Mais ces échanges étaient toujours accompagnées de délires sur le monde entier, aussi sur celui de la recherche que nous découvrions à l’époque. Avec beaucoup de modestie, et souvent humour, Jean Marc savait prendre du recul sur son travail et toutes les idées tout à fait nouvelles qu’il avait. Etant candidats en 1985 dans la même commission CNRS, nous étions allés ensemble à Paris ... et c’est lui qui avait eu le poste pour le LGGE ! On avait bien fêté cette reconnaissance de sa créativité scientifique !
    Des amitiés fortes se sont liées au labo à cette époque , elles ont traversé les années. Même si nos parcours professionnels se sont alors éloignés, nous avons toujours eu des nouvelles des uns et des autres. Et je savais que Jean-Marc allait mal, le cancer ne lui pas laissé de répit ...
    A vous tous au labo qui l’avait cotoyé ces dernières années, je voulais dire que je mesure tant votre tristesse et le manque qui vous envahissent. Et à sa famille, je voudrai transmettre toutes mes pensées affectueuses. C’est bien trop tôt pour quitter la vie. Ami Jean Marc, d’où tu es, continue à nous inspirer, et à sourire si malicieusement.
    petit Zan comme tu disais, une ancienne du LGGE ....
    Francoise ZANOLINI , Pole Grenoblois des risques naturels
  • Voila une nouvelle qui bouleverse ce matin... Etant loin, peut être n’ai je pas vu évoluer la maladie de JM ? On veut alors imaginer que ça va, même s’il ne répond plus aux mails, étrangement.
    JM m’a énormément aidé pendant ma thèse, l’a rendu possible. Au cours de nos nombreuses discussions, une amitié et une complicité s’étaient construites. J’aimais m’imaginer avoir un jour la chance de le connaitre mieux.
    Il faut croire en la vie, meme si la maladie l’emporte si souvent,injustement..
    Xavier Fain, LGGE, actuellement au Desert Research Institute, Reno, USA
  • Jean-Marc, merci pour ton accueil au labo gaz, pour tout ce que tu m’as appris et que tu partageais avec enthousiasme et humanité, que ce soit l’expérimental, la théorie, l’humour. Je me souviens du bonheur de la naissance du petit roi, Basile, puis de tes filles.
    Je pense à ta famille, à Dominique et Jérôme, les copains du labo gaz et du LGGE, le trou restera béant. Que ton sourire continue de les accompagner et ton humour de résonner dans un coin de leur tête.
    Elisabeth Michel, LSCE, Saclay
  • This is very sad news indeed. It is exceptionally hard to have a friend and close colleague just disappear like that, before they should. I know.
    David Fisher, Canadian Geological Survey, Ottawa, Canada
  • I am really sorry to hear this. I can’t think what is the right thing to say to you. It’s such a shock (even when he was ill for a while) to hear about someone who has always been in our cohort of scientists. I really appreciated Jean Marc as a nice guy, a good scientist, and a fair colleague. I hope there will be a chance for everyone to let his family know he was appreciated by his international colleagues, but meanwhile my condolences to you at LGGE, as this must be a bad blow for you all.
    best regards
    Eric Wolff , British Antarctic Survey, UK
  • quelles tristes nouvelles. Anna m’avait prevu hier que la condition de Jean-Marc s’avait aggrave et je voulais lui envoyer un message. Il n’y avait meme plus temps pour ca.
    Quelle chance pour moi d’avoir eu l’occasion de rencontrer Jean-Marc et de travailler avec lui. Son mort est une veritable perte pour la communaute scientifique ; mais pour tous qui le connaissaient la perte de cet ami pese plus lourd.
    Mes pensees les plus chaleureuses et mes meilleurs voeux vont vers vous et la famille de Jean-Marc a cette heure.
    Hinrich Schaefer, National Institute of Water Resources, Welllington, Nouvelle-Zélande
  • it is with great sadness that I have read the message that Jean-Marc has passed away. My thoughts go out to you and all others at LGGE. I only met Jean-Marc a few times, but will remember him as an extraordinary scientist and unparalleled individual. His works and achievements live on.
    Yours, Jan Kaiser, University of East Anglia, UK
  • I was very sorry to hear this news. I had hoped that Jean-Marc’sillness was not so serious. I know he will be widely missed.
    sincerely, Edwin D. Waddington, Dept of Earth and Space Sciences, Seattle, USA
  • It is indeed the sadest of sad days. My heartfelt condolences to all of you and JMB’s family.
    Throughout the day I’ve been reflecting on the many ways that JeanMarc has touched our lives. From my arriving at LGGE in 1989 where he was a guiding light in my development of the extraction system therefor measuring the first set of Vostok d18Oatm samples. He was there asking penetrating questions while helping to procur all the necessary parts to make it all work.
    We then traveled to Vostok together where I vividly remember pressure-testing the LGGE bladder at the surface without a casing. The bladder blew up and made quite the bang. We never tried that again. During our second season at Vostok, Jean Marc was central in orchestrating the difficult personnel issues that we faced that season.
    From a scientific perspective, I learned so much from Jean Marc. His landmark Vostok CO2 paper (1987) will forever be in the top of my most important papers ever published.
    Though I have not had comms with Jean Marc in many moons, I still feel as though I could just walk down the hall and ask him about the best way to model firn densification or firn air transport or how best to interpret closed porosity in the firn.
    I will miss Jean Marc as I’m sure you will. Let us focus on all the great things he brought to this world and savor them for all eternity.
    With the fondest of memories,
    Todd Sowers, Penn State University, USA
  • I first new Jean-Marc about 20 years ago. I was in awe of his research accomplishments - I still am - but I was not close to him and did not get to know him well.
    After many years, I saw him with Dominique in Paris last year. He was very kind and thoughtful to me. He seemed to be at peace, and I was amazed by his strength. I will have a wonderful memory of Jean-Marc from this meeting.
    I am very sorry for your loss, and I hope you will give this mail to Jean-Marc’s wife.
    Sincerely, Michael Bender, Princeton University, USA
  • It is really surprised to be informed that Jean-Marc passed away. I remember that he was always smiling and friendly.
    And I still keep a good memory of the moment when I was on Mont Blanc to drill an ice core with him.
    Please accept my deepest condolences and convey the expression of grief to his family.
    Prof. Sungmin Hong, Director, Center of Polar Climate Sciences, Corée du Sud
  • je savais Jean-Marc malade mais je ne savais pas que son état s’était aggravé durant l’été. Merci de nous avoir prévenu Joel et moi. Je n’avais pas rencontré jean-Marc très souvent mais ton petit mot résume bien ce que j’avais perçu de sa personnalité. J’adresse ma sympathie aux membres du LGGE et mes condoléances à la famille de Jean-Marc. Merci de les transmettre.
    Amicalement,
    Herlé Mercier, Ifremer, Brest
  • we all in Venice were so terribly saddened to hear about Jean-Marc’s death. It was so unexpected. Dominique told me a few weeks ago that he was going toward another operation, but I did not know that he was so close to the end. I told myself several times to call him on the phone, but I was just waiting for a bit more time to chat with him in the right mood. Now I am really disappointed to not have called him.
    We are thinking about you all and above all Jean-Marc’s family during this very difficult time. We know that is a terrible loss for you all.
    I will always remember his calming presence during all the meetings wehad and his special humor. He was a devoted scientist, a conscientious colleague and a very generous friend. We still had a lot of things to do together in the frame of ice core community, but I am sure we will pursue this in his memory.
    Beside all that, jean Marc was a really great FRIEND, and this is what I miss most.
    Please pass our heartfelt Condolences to Jean-Marc family.
    Carlo Barbante, (also on behalf of the Venice group), Université de Venise, Italie
  • J’ai connu Jean-Marc lors de mon séjour au LGGE, entre 1999 et 2003. Ne travaillant pas directement avec lui, j’ai seulement partagé de grands moments de plaisanteries et de discussions scientifiques à la cafet. Jean-Marc était brillant sur les deux tableaux, et il contribuait ainsi fortement à la vie humaine et scientifique du laboratoire. Il va manquer à tous.
    Toutes mes amitiés et mes encouragements à sa famille, à qui je pense particulièrement en ce moment douloureux.
    Emmanuel Cosme, LEGI, Grenoble
  • Je voulais vous témoigner mon soutien dans cette terrible épreuve. J’ai eu la chance de travailler aux cotés de Jean-Marc lors de mes deux années de passage au LGGE en 2001-2002. J’ai toujours apprécié sa détermination, son humour et sa profonde gentillesse.
    J’adresse mes plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches et à tout le LGGE.
    Amicalement, Céline Goujon, INPG Grenoble
  • Je ne connaissais pas très bien Jean-Marc mais pour l’avoir croisé régulièrement au détour des couloirs du LGGE et pour avoir échangé quelques conversations à la cafétéria, j’ai pu apprécier sa grande humanité et son humour. Ce sont sans doute ces traits de caractère qui lui faisaient prendre un recul amusé et lucide sur la recherche et ses nouvelles ambitions mais aussi regarder son travail avec autant de modestie.
    Je suis conscient du rôle fondamental qu’il a eu dans les domaines qui ont porté l’excellence du LGGE ces deux dernières décennies et je mesure donc pleinement combien il manquera dans le futur, auprès des chercheurs de son équipe mais aussi et surtout, auprès de l’ensemble du laboratoire.
    Mes sincères condoléances vont aujourd’hui à sa compagne et ses enfants.
    Paolo Laj, LGGE
  • Avant d’être apprenti chercheur au LGGE j’ai eu la chance de suivre quelques cours avec Jean-Marc. Rien de tel pour démystifier la recherche polaire ! Ensuite nous nous sommes croisés souvent dans les couloirs du LGGE et lors des célèbres cafés gaziers du mardi. Mais c’est depuis ma récente incursion dans le domaine de la physique de la neige, un de ses sujets de prédilection, que nous avons le plus interagi, mais trop peu ... Jean-Marc n’avait pas son pareil pour remettre judicieusement en cause les hypothèses de base et ne pas se perdre dans les détails, souvent inabordables par l’expérience de toute façon. Il est évident que ses conceptions iconoclastes et souvent à rebours du "communément admis" vont beaucoup manquer au jeune groupe transversal de l’OSUG sur la physique de la neige, auquel il avait prévu de contribuer.
    Puissent nos travaux s’inspirer de sa vivacité, de son imagination et de son humour !
    Samuel Morin, ancien du LGGE, désormais au CEN et co-animateur du groupe transversal Neige-OSUG
  • I regrette beaucoup le décès de Jean-Marc. Je pense c’est une grande perte. Il était un personnage-clé pour développer ma collaboration avec l’institut. Je présenter des condoléances à sa famille et à l’institut.
    Toute mon amitie , Martin Schneebeli, Institute for Snow and Avalanche Research, Davos, Suisse
  • C’est avec tristesse que j’apprends la nouvelle de la disparition de M. Jean-Marc Barnola. Je mesure à travers ce que vous m’en écrivez et ce que j’ai pu lire sur la page Internet du LGGE combien il comptait pour vous et avait une place importante dans la communauté scientifique climatique et polaire.
    Je n’ai pas eu la chance de le connaître personnellement, mais son nom était une référence et ses travaux ont bien souvent nourri mes propres réflexions sur la recherche en Antarctique ou les propositions que j’ai pu faire de coordination de l’activité scientifique en Arctique.
    Au moment où il a passé le témoin à d’autres, il serait sans doute fier de voir combien ses recherches ont pris une place centrale dans la vie de la cité, la Politique au sens noble du terme.
    Dans ce moment difficile, je veux vous assurer de ma sympathie et de mon soutien et vous prie de transmettre à la famille de M. Jean-Marc Barnola mes sincères condoléances.
    Très cordialement,
    Christian GAUDIN, Sénateur de Maine et Loire, Vice-Président de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiqueset Technologiques (OPECST)
  • J’ai appris avec tristesse le décès de Jean-Marc. Les papiers Vostok publiés dans Nature en 1987 ont coincidé avec mon entrée en paléoclimatologie, et il a fait partie des co-auteurs de mon premier article (en 1991). J’ai apprécié Jean-Marc pour sa sagesse et son humour... et ça me fait mal au coeur de parler de lui au passé.
    Toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches.
    Pascal Yiou, LSCE, Saclay
  • Nous avons appris avec une très grande tristesse la disparition de Jean-Marc. Malgré la distance, il était toujours présent pour nous au LSCE dans notre tout petit laboratoire "gaz" et était un acteur principal de la collaboration LGGE-LSCE. Il nous a accompagné pendant nos thèses et par la suite avec des idées scientifiques originales et excellentes. Nous avons aussi partagé des moments vraiment joyeux avec lui et ce sont ces souvenirs aussi que nous conserverons. Et bien sûr, si un jour on comprend pourquoi les signaux de d15N sont "à l’envers" en Antarctique, ce sera largement grâce à lui.
    Les filles du labo "gaz" au LSCE, Amaelle Landais, Gabrielle Dreyfus, Emilie Capron, Saclay.
  • Je n’ai pas de mots,... juste de la tristesse. Un sourire va manquer.
    Mélanie Baroni, CEREGE, Aix en Provence
  • At this very sad time, our thoughts are with you, the family and the friends of Jean Marc.
    Despite his serious disease, we all, to the very last moment, were keeping a hope that Jean Marc could overcome it. This has not happened and it is painful to realize now that he is not with us anymore.
    As usually smart, always young and smiling, Jean Marc will remain living in the memory of his
    Russian friends and Vostok fellows
    Vladimir Ya. LIPENKOV , Arctic and Antarctic Research Institute (AARI), St. Petersbourg, Russie
  • C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends cette nouvelle.
    Je tiens, au nom de l’ensemble des personnels de la délégation régionale Alpes du CNRS et en mon nom, a exprimé toute notre solidarité et notre soutien à sa famille, ses proches et collègues en ces moments pénibles.
    Bien cordialement,
    Younis Hermès , Délégué régional du CNRS pour la circonscription Alpes
  • Quand j’ai appris cette nouvelle que je redoutais une foule de souvenirs m’ont submergée. Pas seulement seulement ceux du Jean-Marc scientifique brillant mais aussi l’ami avec qui j’ai eu tant de discussions de tous genres sur tous les sujets possibles, scientifique, litéraire, familial... Sa curiosité et sa culture étaient tels que c’était toujours un vrai plaisir d’échanger avec lui, plaisir rehaussé par son art de la dérision qu’il appliquait si souvent à lui-même. Le non conformisme semblait lui être naturel et il donnait toujours l’impression de choisir sa route sans se laisser influencer par les apparences.
    Nous nous sommes cotoyés pendant tellement d’années que j’ai du mal à croire qu’il ne va plus apparaître à la porte de mon bureau pour me proposer d’aller manger ou pour me montrer un résultat. Et sans ses tongues nous ne saurons plus que l’hiver n’est pas encore arrivé à La Mure. Jean-Marc va nous manquer terriblement
    Catherine Ritz, LGGE
  • Je connaissais personnellement très peu Jean-Marc mais je sais que c’était pour toi et tout ton labo un formidable collègue, tant sur le plan scientifique que sur le plan humain. Transmets à sa famille et à ses collègues mes condoléances les plus sincères au nom du conseil scientifique du LEFE, auquel il avait apporté jusqu’à une période récente une contribution particulièrement appréciée via le CS EVE.
    Amicalement
    Eric Brun, Météo-France
  • Je garderai de Jean-Marc le souvenir d’un rire chaleureux, d’un regard perspicace, et d’un homme qui a su garder une forme de liberté dans le monde de la recherche scientifique. Toutes mes pensées vont à ses proches.
    Valérie Masson-Delmotte, LSCE, Saclay
  • Voilà une triste nouvelle. Je me souviens effectivement de lui et de son travail. Son nom était une référence et je comprends votre émotion et le vide qu’il laisse.
    Je ne pourrai être avec vous vendredi mais j’y serai de cœur. Transmettez mes condoléances à ses proches et sa famille.
    Matthieu Meissonnier, Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques, Sénat
  • J’ai eu la chance d’avoir Jean Marc comme directeur de DEA. Que de souvenirs formateurs tant du point de vu scientifique (normal pour un directeur de stage) que humain. Jean Marc avait une vision de la vie particuliere à ceux qui sont deja passés tres pret du départ. Ce genre de personne qui nous force malgrés lui à profiter des tous petits bonheurs simples de la vie. Il me reste une petite foule de souvenirs, de fous rire, de bricolages plus ou moins scabreux au labo gaz, d’émotion lors de ma première découpe d’une glace de 125 000 ans, de dérision et d’auto-dérision (surtout), d’humour noir, des Suisses, du fontanil, de la presqu’ile de Gien, des tongs même en hivers, de la TV lors du plan CO2 de Jospin ... etc. En tout cas je dois beaucoup de choses à Jean Marc dont une partie de ma personnalité actuelle...Je regrette de n’avoir pas eu le temps ni le courage de lui dire tout ce que j’écris. Je pense à Elisabeth et les trois enfants. Je leur souhaite tout le courage du monde pour affronter une disparition, qui même si on s’y attend, est accablante quand elle survient toujours trop violemment.
    Nathalie AYMOZ, Professeur des écoles, Oise.
  • J’ai appris avec regret la mort de Jean-Marc. Toutes mes condoléances à sa famille. Mes souvenirs restent vivants : le temps qu’on a passé ensemble au Groenland, aux conférences, à Grenoble et à Bern et Thun.
    Jakob Schwander, Institut de Physique, Université de Berne, Suisse
  • How sad to hear that Jean-Marc lost his battle with cancer. We will all miss him greatly. The U.S. ice core community has lost a great friend and scientific collaborator. We are meeting next week in San Diego at Jeff Severinghaus’ lab at Scripps. I will make sure that we remember Jean Marc and take some time to discuss his important contributions to science. Of course he was the lead author on one of the early papers on the Vostok ice core record of CO2 in Nature.
    Barnola , Jean-Marc, Dominique Raynaud, Y.N. Korotkevich and Claude Lorius, Vostok ice-core provides 160,000 year record of atmospheric CO2. Nature, 329, (6138) 408-414, 1987.
    We are all very sorry for the loss of this great great researcher and very kind person.
    Regards, Julie Palais, Directrice de l’Antarctic Glaciology Program, OPP/NSF, USA
  • I am so sorry to hear this news. While I never met Jean-Marc, he was a most valuable part of our publication and I see that he was so as well to a very large community.
    With great sympathy for all his friends and family,
    Ian Clark, Université d’Ottawa, Canada
  • Many of you will know of Jean-Marc from his famous CO2 records from deep ice cores. Some may have met him at conferences or even here in Aspendale when he visited several times in the 1990s. We were fortunate to have Jean-Marc join our expedition to Antarctica in 1993.
    As well as his excellent pioneering science, Jean-Marc always made an impression with his humour, humility and unique insights.
    His many passions included cooking, often using mushrooms selected from his nearby forests, paragliding, his collection of miniature snow scene souvenirs, and of course his family. A dream was to be a pirate in Antarctica. A lasting memory for me is the field trip of an early international CO2 conference in Switzerland. Standing together on a snowy peak, a relatively unknown Jean-Marc was engaging Dave Keeling, another great CO2 scientist, with news of the CO2 record he had just revealed from the Vostok ice core. Keeling was decked out in full mountain gear, Jean-Marc was in thongs.
    The Keeling curve of CO2 since 1958 and Barnola’s CO2 – climate relationship over hundreds of thousands of years are two of the most influential geophysical data sets ever produced.
    Regards , David Etheridge, CSIRO, Melbourne, Australie
  • J’espère que sa famille est bien entourée...Quelle dureté et quelle tristesse...
    Sophie Bernard, Grenoble
  • With some delay, I have just received the sad message about the death of Jean-Mark. Please convey my sincere condolences to his nice family where we were heartily hosted 14 years ago during my stay in Grenoble with my wife and small 4-year old son. This death is the great loss for all of us. Let us remember this GOOD MAN and keep him in our souls.
    Sincerely
    Andrey Salamatin, Department of Applied Mathematics, Kazan State University, Russie
  • C’est avec une grande tristesse que j’ai appris par "Le Monde" le décès de Jean-Marc. Etant loin de Grenoble, je ne pourrai pas assister aux obsèques mais je vous demande de m’y représenter. J’appréciais beaucoup Jean-Marc que j’avais connu en maîtrise de Géophysique et nous avions gardé toujours de très bons rapports. Lui et Jérôme m’avaient invité à la remise du prix de l’Académie. J’en avais été très touché et c’est avec plaisir que j’y étais allé.
    Je vous assure de toute mon amitié car vous étiez sans doute ses deux plus proches au LGGE . Partagez -là avec tout le labo dont il était un des plus anciens ainsi qu’avec toute sa famille.
    Bien cordialement, Guy PERRIER, ancien directeur de l’Observatoire de Grenoble
  • C’est avec grande tristesse que j’apprends la nouvelle du deces de Jean-Marc. Cela faisait 2 ou 3 ans que je ne l’avais pas vu, je garderai en memoire de lui son humour pince-sans-rire si sympa dont je ne l’ai jamais vu se departir, sa gentillesse et sa grande curiosite. Toutes mes condoleances a sa famille et a ses proches.
    Irene Xueref-Remy, LSCE, ancienne thesarde du LGGE
  • C’est avec un très grande tristesse que j’apprends cette nouvelle.Je revois encore notre labo et les lignes a gaz ou nous avons partagés de si bons moments. Laurence et moi présentont nos condoléances à sa famille amis- es et collègues.
    Bien amicalement, Danièle Hureau-Mazaudier
  • Please, if you have the chance, convey my deepest sympathies to Jean-Marc’s family and colleagues. He was extraordinarily generous with his scientific knowledge and insight, and his important work will endure for a very long time.
    Edward Brook , Oregon State University , USA
  • I’m really sorry to hear that Jean-Marc has passed away ! Reading your email makes me think back to my different visits to the LGGE, which I have always very much enjoyed.
    My warm regards to you all,
    Katrine Andersen, Institut Niels Bohr, Copenhague, Danemark
  • I just want to say that I am deeply sad and near to all of you. Iwill always remember Jean-Marc as a unique person.
    Barbara Stenni, University of Trieste, Italie
  • Je connaissais peu Jean-Marc. Ces derniers mois les réunions du lundi après-midi avaient permis quelques échanges. Ils m’avaient révélé quelqu’un d’une constante bonne humeur dans la difficulté et en même temps de l’humilité face à la fragilité humaine qu’il assumait. A lire tous les témoignages qui arrivent, son sourire vit dans les coeurs, dans le mien certainement.
    Hubert Gallée, LGGE
  • Please accept my deepest sympathy over the loss from this world, of such an outstanding person. I will also pray for his family....
    Julie Brigham-Grette, University of Massachusetts, USA
  • I am very sorry to hear about your (our) loss. Michel Crucifix had alerted me last winter that Jean-Marc was not well.
    Age 53 is far too young. Every close friend of mine has that capacity to laugh, especially at themselves (which makes me enjoy their company). The same is true of my closest scientific colleagues. So losing those good people is hard.
    Bill Ruddiman, Rudgers University, USA
  • I’m so very sorry... I remember Jean-Marc well. Please pass on my condolences to his wife and children...
    Best, Dorothy Peteet, Lamont Doherty Earth Observatory, New York, USA
  • Je me joins de tout coeur à tous les amis qui saluent aujourd’hui l’homme et le scientifique unique qu’était Jean-Marc. Je ne l’avais rencontré qu’une fois ou deux mais j’en garde un excellent souvenir. J’adresse aussi mes condoléances les plus sincères à sa famille.
    Avec toutes mes amitiés,
    Michel Crucifix , Université catholique de Louvain, Belgique
  • Je pense que j’étais en section lorsque il a été recruté...
    Mes sincères condoléances et toute ma sympathie à tout ton labo et à sa famille.
    Amitiés (tristes)
    Daniel GUEDALIA, Laboratoire d’Aérologie, Toulouse
  • Je te serais reconnaissant de transmettre les condoleances de la direction et de tout le personnel de l’OSUG a sa famille. Merci d’indiquer egalement aux personnels du LGGE que tout le personnel de l’OSUG s’associe a leur tristesse de voir disparaitre un collaborateur de tres grande valeur.
    cordialement, Henri-Claude Nataf, directeur de l’OSUG, Grenoble
  • Trop tôt, trop vite, tu nous manques.
    Repose en paix avec le sentiment du devoir accompli. A jamais ton nom et ton esprit seront gravés dans les connaissances de ce Monde.
    A nous de les porter aussi loin que possibled ans la conscience des Hommes.
    Et dans un dernier hommage à ton sarcasme et ton ironie,comme un dernier pied de nez à tes travaux surle CO2, je n’oublie pas que chaque cm3 de notre atmosphere contiendra une centaine de molecules de CO2 de toi.
    A cet instant, mes pensées vont à tes enfants et ton épouse.
    Joel Savarino, LGGE
  • Plusieurs fois Jean-Marc m’a grandement aidé. Au cours de ma thèse, lors des quelques fructueuses interactions scientifico-ludiques que nous avons pu avoir. Plus tard surtout. Un jour lors d’un dîner en conférence, Jean-Marc m’a gentillement bousculé pour activer mes démarches de retour en France. Ca a été fructueux, je lui en serai toujours reconnaissant.
    C’est à mes yeux un repère, un pilier, un phare du laboratoire qui vient de s’éteindre. J’en suis très peiné.
    Mes plus sincères condoléances à la famille.
    Gaël Durand, LGGE
  • I am deeply sorrowed by this news. Pleas convey my condolences to the bereaved family. Jean-Marc Barnola has made such wonderful contributions that we must celebrate his LIFE. God sent this man to this world to do all this science and to love his family and friends. May the departed soul rest in peace.
    Dr R SHANKAR Professor of Marine Geology, Mangalore University, Inde
  • It always means a great beat to learn about the — far too — early death of a good colleague, here of Jean-Marc Barnola. I am feeling truly sad with you.
    Prof. Michael Sarnthein, Université de Kiel, Allemagne
  • A l’annonce de sa récente rechute, nous avions envoyé un message à Jean Marc, lui disant que nous étions bouleversés par cette nouvelle,
    qu’il devait s’accrocher parce que nous n’avions pas eu le temps
    de nous enivrer à souhait autour d’un feu à la Saint Jean,
    de sentir encore le vent dans nos cheveux à bord d’une Méhari,
    de se moquer de ses tongs en plein hiver,
    de traverser à nouveau les déserts sauvages et lumineux d’Islande,
    de passer notre permis de conduire des ânes dans ses chères montagnes,
    d’acheter une île perdue dans le pacifique,
    de photographier la vie en stéréoscopie,
    de plonger encore dans les merveilleux bleus des toiles de Garanjoud,
    de ressentir ensemble les émotions de la danse Butô,
    d’entendre les sensations des paysages poétiques des Haïkus,
    et pour Pim, de discuter encore une fois de la fermeture des petites bulles d’air dans la glace.

    Jean Marc s’en est allé aujourd’hui, nous laissant avec la cicatrice béante d’une tranche de vie disparue.Mais qui ironisera à présent sur le monde, les doigts de pieds à l’air dans ses tongs à la terrasse d’un café ?

    Tendres baisers à Elisabeth, Basile, Maëlle et Amélie
    "Mon ami s’en est allé
    M’ordonnant de veiller avec soin
    Sur l’automne"

    D’après Sôseki"
    Séverine Kirchner et Pierre Pimienta, anciens du LGGE aujourd’hui au CSTB, Marne la Vallée

  • Dear Jerome and Dominique - On behalf of our Institute please extend sincerest regrets to Jean-Marc’s family. The scientific community has lost a dear colleague and a greatly valued scientist.
    Sincerely, Paul Mayewski, directeur du Climate Change Institute, Université du Maine, USA
  • J’ai connu Jean-Marc lorsque j’étais stagiaire puis étudiant en thèse au LGGE. J’ai le souvenir d’une personne humble et passionnée par son activité scientifique, doté d’un humour pince-sans-rire et qui avait une aptitude certaine à s’amuser et à profiter de la vie. Je pense que beaucoup se souviennent des suites du pot de HDR de Bernard à l’automne 95... C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris sa disparition. Je pense à sa femme et ses filles, qui perdent un père trop tôt.
    Amitiés,Eric Quirico, ancien étudiant au LGGE.
  • C’est une bien triste nouvelle et le choc a été d’autant plus rude que je ne m’y attendais pas, ne sachant pas que son état de santé s’était dégradé. J’espérais très fort qu’il arriverait à gagner le combat qu’il menait avec tant de courage. J’aimais beaucoup Jean-Marc. Il faisait partie des personnes du labo que j’ai le plus appréciées. On se chambrait toujours un peu. Lorsque Lorius était directeur du labo, on avait même créé un arbre généalogique de la « famille climat » (je ne sais plus à quelle occasion) … depuis il m’appelait « ma tante » et il était « mon neveu », neveu que je ne suis pas prête d’oublier. Il était un grand scientifique, d’autres que moi en ont mieux vanté les mérites et, important, il ne se prenait pas au sérieux ! Je n’oublierai ni ses cheveux longs, ni son sourire et son regard un peu moqueur, ni ses tongues qui annonçaient l’arrivée de l’été, ni tous les bons moments que nos avons partagés.
    C’est une grande perte pour le labo et pour la communauté scientifique mais aussi pour nous qui l’avons connu et apprécié.
    Jocelyne Roquemora, qui a vu naître le LGGE, aujourd’hui en retraite
  • Today, I was informed of passing away of Jean-Marc, from an e-mail obituary sent from Dr. Jerome Chappellaz to mailing lists. Please accept my sincere sympathy. My glaciology colleagues in NIPR are sad. I and my wife Sylviane talked about him and remembered him.
    Best Regards, Shuji Fujita, National Institute of Polar Research, Tokyo, JAPAN
  • Très cher Jean-Marc, en te voyant si détaché, si simple face à ta maladie, je ne pensais pas te voir partir si tôt. Je pensais même ne pas te voir partir du tout. Je ne suis pas un vieux de la vieille, je ne te connais que depuis quelques année et j’ai aujourd’hui quitté le lgge. Mais j’ai bien connu ton personnage caustique. Caustique oui, mais riche, entier, vrai, curieux et passionné. Des qualités appréciables dans un monde où le discours politiquement corrects, est parfois vide et sans âme. Au revoir Jean-Marc, et sache qu’un personnage comme toi, ça ne s’oublie pas.
    Benedicte Lemieux, IMAG, ex-doctorante au LGGE
  • Janvier 1987. La machine volante rouge approche dans un hurlement de tuyère et le fracas de ses pales. Elle se pose avec douceur, le bonhomme rigolard, vêtu d’une veste EPF trop grande, en sort et pose pour la première fois le pied sur le grand continent blanc. Jean-Marc nous a rejoint.
    Nous, cela fait 2 semaines déjà que nous foulons la glace, arrivés par la rotation précédente du PolarBjorn. Le hasard fait que, si ce sont nos premiers pas en Antarctique, nous croisons PEV dont ce sont les derniers. Oui, PEV, le PEV de I-PEV, Paul-Emile Victor qui fête ici ses 80 ans. Il n’y retournera plus. Jean-Marc, lui,ne fait que commencer.
    L’homme qui n’a pas vu la base... Eh oui, il vient d’avoir son poste au CNRS lui, fini de rigoler il n’a plus de temps à perdre, et de plus il arrive en retard, il sera donc transféré directement du bateau sur site, à Cap Prudhomme, sans passer par la case Dumont d’Urville. Il se rattrapera au retour, 2 jours avant de ré-embarquer direction l’Australie. Au court de ce retour particulièrement agité nous embarquons de l’eau par la cheminée... Vous avez aimé l’Astrolabe ? Vous auriez adoré le PolarBjorn.
    Voilà comment j’ai vraiment rencontré Jean-Marc, sur la glace d’abord puis à bord d’une lessiveuse flottante.
    Adieu Jean-Marc, que ta dernière traversée te soit paisible.
    Christophe Genthon, LGGE
  • First of all, I would like to send my sincerest condolence on the passing away of Jean-Marc, to his family and his colleagues at LGGE. I remember enjoyable conversation including science and paragliding, at lunch times when I visited LGGE in 2001 and at some meetings in Europe.
    Kenji Kawamura, National Institute of Polar Research, Tokyo, Japan
  • Please accept my heartfelt sympathy on the passing of Jean-Marc Barnola. When the EGU meeting this year in Vienna, Dieter Lüthi told me that he had a long and interesting discussion with Jean-Marc and that he had the feeling that he recovered quite well. Now, Jean-Marc has lost his battle against the cancer. I lost a competent, creative and cooperative colleague, you lost a good friend, but his family lost husband and father. Please make sure that they know that a great scientific community will remember Jean-Marc as a great scientist and a nice and dependable colleague.
    With kind regards, Prof. Bernhard STAUFFER, now retired but formerly at Climate and Environmental Physics Institute, Berne, Suisse
  • what a loss for the community, institute, colleagues and friends. I share your deep feelings.
    Gerald Ganssen, Président de l’EGU 2007-2009, Université d’Amsterdam, Pays-bas
  • Je n’ai connu Jean-Marc il n’y a que quelques mois, pendant mon post-doc au labo, mais ils m’ont permis de découvrir une personne d’une grande gentillesse et pleine d’humanité. J’ai été très profondément impressionnée par sa force morale, notamment sa capacité à prendre du recul par rapport aux choses de la vie, et surtout sa maladie, grâce à l’humour. Mes plus chaleureuses pensées vont à ses proches dans ce moment douloureux.
    Marie Rousselot / CEN - Météo-France, ex post-doc LGGE
  • Je viens cet après midi d’apprendre que jean marc nous a quitté. Je tenais à dire que ma tristesse était très grande car, bien que l’ayant connu au final peu de temps (4 ans quand même), je re