English
LGGE

Accueil du site > Actualités scientifiques > Archive des actualités scientifiques > Evolution des glaciers du Nord de l’Inde depuis la fin des années 1980 estimée à partir des observations au sol




Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement OSUG

Evolution des glaciers du Nord de l’Inde depuis la fin des années 1980 estimée à partir des observations au sol

par KRINNER Gerhard - 24 mars 2012 - ( maj : 26 avril 2012 )

Récemment, la polémique liée à une erreur dans le dernier rapport du GIEC prévoyant une disparition des glaciers de l’Himalaya dans les toutes prochaines décennies soulignait de façon alarmante le manque de connaissances de la communauté scientifique internationale sur ces glaciers. Pourtant, avec une superficie totale de 33 000 km2 ou même 59 000 km2 si on ajoute le Karakoram et l’Hindu-Kush (contre 2 500 km2 pour les glaciers andins ou alpins), les glaciers himalayens représentent la plus vaste couverture glaciaire au monde après les calottes polaires. C’est aussi la région la plus peuplée puisque plus de 1.4 milliard d’habitants dépendent des eaux de l’Indus, du Gange, du Brahmapoutre, du Yangtze ou du fleuve jaune qui prennent tous leur source dans cette immense chaîne de montagnes. Connaître, mesurer, prévoir l’évolution des glaciers himalayens est donc un enjeu important, aussi bien sur le plan scientifique que sociétal. Aussi, depuis 2002 en Inde et depuis 2007 au Népal, l’équipe CHyC du LGGE et du LTHE, en partenariat avec des collaborateurs locaux (Jawaharlal Nehru University à New Delhi notamment) réalise le suivi glacio-météorologique de deux glaciers aujourd’hui labélisés dans le cadre du SOERE GLACIOCLIM. Ici, nous présentons l’évolution du volume du glacier indien Chhota Shigri depuis 1988, date à laquelle une équipe indienne a réalisé une série de mesures geodétiques. Ce travail a fait l’objet de deux publications, l’une parue récemment dans le Journal of Glaciology [Azam et al., 2012], et la seconde soumise à Geophysical Research Letters [Vincent et al., 2012].

Le site d’étude

Le Chhota Shigri est situé dans la région du Lahaul et Spiti, dans le Nord de l’Inde (cf. carte ci-dessous). C’est un glacier de taille intermédiaire (16 km2, 32°N de latitude) influencé alternativement par la mousson indienne en été, et par les dépressions d’ouest en hiver, qui apportent des quantités significatives de précipitations. Ce glacier fait partie du réseau GLACIOCLIM et fait l’objet d’un suivi glaciologique, hydrologique et météorologique depuis 2002.

La méthode d’estimation de la variation de volume

Durant l’été 1988, une équipe de scientifiques indiens a réalisé une topographie du glacier et relevé 104 points entre le front et 5100 m d’altitude, avec une précision de ±0.10 m en x, y et z. En 2010, nous avons retrouvé les points d’appui situés hors du glacier et utilisés pour la topographie de 1988. Ceci nous a permis de réaliser la transformation pour passer du système de coordonnées de 1988 à celui de 2010 (UTM WGS84). Connaissant alors les coordonnées des 104 points de 1988 dans le système actuel, il a suffit de se replacer sur ces points afin de mesurer la variation d’épaisseur en chaque point pendant ces 22 ans (au GPS différentiel). La figure ci-dessous est une carte du Chhota Shigri, montrant la variation d’épaisseur mesurée en chaque point. On voit aussi cette variation d’épaisseur en fonction de l’altitude. Par interpolation, nous avons pu obtenir la variation de volume glaciaire entre le front et 5100 m. Au dessus de cette altitude, nous avons considéré soit aucune variation de volume (hypothèse optimiste), soit une variation identique à la partie basse (hypothèse pessimiste), soit une extrapolation linéaire de la variation de volume relevée entre 4700 et 5100 m (hypothèse réaliste). Afin d’exprimer cette variation de volume en quantité d’eau, nous avons considéré que le matériel perdu dans la zone d’ablation (en dessous de 4900 m) était toujours de la glace (densité de 0.9), alors que celui perdu dans la zone d’accumulation était soit de la glace, soit du névé (densité de 0.6).

Les résultats

Cette variation de volume s’exprime sous forme d’un bilan de masse cumulé, c’est-à-dire une lame d’eau fictive perdue sur l’ensemble de la surface du glacier. Entre 1988 et 2010, il est donc de -3.8±1.5 m d’eau, ce qui représente une perte de volume très modeste comparée aux glaciers alpins ou andins par exemple.

Discussion et conclusion

En combinant ces résultats avec les mesures annuelles de bilan de masse obtenues avec la méthode glaciologique depuis 2002 et à l’aide d’images satellites entre 1999 et 2004 [Berthier et al., 2007] (Figure ci-dessous), on peut constater que le glacier a gagné de la masse dans les années 1990 avant d’amorcer une décrue depuis le début du21e siècle. Azam et al. [2012] avaient déjà mis en évidence ce changement de comportement en étudiant les flux de glace à travers 5 sections transversales du glacier. Ce résultat vient tempérer les études précédentes, qui décrivaient une perte de masse plutôt spectaculaire des glaciers himalayens au cours des 4 dernières décennies. En fait, ces études se basaient sur des séries de mesures incomplètes, discontinues (aucune mesure dans la décennie 1900 !), et souvent entachées d’erreur. Cette série du Chhota Shigri, la plus longue jamais enregistrée sur un glacier himalayen à partir de données au sol, montre que les glaciers du Nord de l’Inde ne sont pas prêts de disparaître !

Références associées

Azam, F. M., P. Wagnon, A. Ramanathan, C. Vincent, P. Sharma, Y. Arnaud, A. Linda, J. G. Pottakkal, P. Chevallier, V. B. Singh, E. Berthier, From balance to imbalance : a shift in the dynamical behaviour of Chhota Shigri Glacier (Western Himalaya, India), J. Glaciol., 58 (208), 315-324, doi:10.3189/2012JoG11J123.

Berthier E., Arnaud Y., Rajesh K., Sarfaraz A., Wagnon P., & Chevallier P., Remote sensing estimates of glacier mass balances in the Himachal Pradesh (Western Himalaya, India). Remote Sensing Environ., 108(3), 327-338, 2007.

Vincent, C., Al. Ramanathan, P. Wagnon, D.P. Dobhal, A. Linda, E. Berthier, P. Sharma, Y. Arnaud, M. F. Azam, P.G. Jose, Mass gain of glaciers in Northern India during the nineties revealed by in-situ geodetic measurements, Geophys. Res. Lett., soumis.

Dans la même rubrique :

Sous la tutelle de :

Sous la t